search

Henri et la bande dessinée

Je suis né avec la BD dans mon sang.

Ma librairie était à 20 mètres de mon adresse et toutes les semaines j’allais acheter mon Tintin.

En mai 1952 Tintin atterrissait sur la lune. Je voulais conserver mes Tintin, et la meilleure mise en conserve des exemplaires hebdomadaires, était de rassembler tous mes hebdos en un seul album.

Je m’adressais alors à ma cousine sourde et muette qui faisait des travaux manuels, je lui demandais de faire un album complet.

Cet album avait dormi dans une bibliothèque et je l’ai déterré tout récemment. Il avait dormi 69 années.

Ma destinée était aussi orientée sur la BD.

En effet, après avoir quitté l’Ecole Centrale puis un Doctorat de mathématiques à la Fac de Dijon, je conseillais des sociétés sur le plan matheux.

Par exemple, je conseillais la SNECMA pour calculer le stock des pièces de rechange des moteurs du Concorde.

Très vite, je tombais sur une annonce très alléchante. Cette annonce exigeait de passer un concours.

Bof, je faisais ce concours haut la main et je « gagnais » ce concours qui m’orientait vers une Société d’un éditeur : les éditions Rombaldi.

J’ai aussitôt répondu que l’annonce était belle mais que la fonction ne me convenait pas du tout. Un mois plus tard, rebelote pour la même annonce qui me demandais ; je déclinais mais Rombaldi souhaitais beaucoup que je travaille chez eux en tant qu’informaticien.

Les éditions Rombaldi était un éditeur qui vendait des livres en porte à porte et des livres par correspondance. Finalement, je donnais mon accord pour travailler chez Rombaldi. Quelques années plus tard j’étais devenu directeur de l’informatique, avec l’installation d’un lecteur IBM automatique, un des premiers en installé en France, modification sur l’imprimante des caractères modifiés comme à,ê, ô, etc.

J’avais une grande surface de travail : elle sera vue plus tard.  

Henri Kaufman (Mars 2021)